Information générale


Pour notre société de performance où tout se passe vite, le suicide est un sujet délicat mais qui se doit d’être abordé. Malgré une baisse depuis 2003, le Québec continue de présenter le taux le plus élevé au Canada de personnes qui s’enlèvent la vie. De plus, un peu plus d’un lanaudois sur cinq, âgés entre 12 et 24 ans, présente un niveau élevé à l’échelle de détresse psychologique. C’est pourquoi la Commission scolaire prend le sujet au sérieux.

La prévention

Faire de la prévention du suicide en milieu scolaire, particulièrement dans les groupes classe, demande un certain doigté. La question est délicate étant donné que nous ne savons pas toujours quelles expériences les jeunes à qui on s’adresse ont vécu. Sans y avoir nécessairement été confronté, le sujet peut référer à des histoires personnelles ou à une perte d’un individu cher et faire émerger des émotions. Certains élèves sont plus fragiles et n’auront peut-être pas le réflexe de demander de l’aide. C’est pourquoi il faut être très vigilant.

Plusieurs intervenants des écoles ont été formés et savent repérer les adolescents plus vulnérables qui pourraient avoir des comportements suicidaires. Ils connaissent les ressources sur le territoire vers lesquelles les jeunes peuvent être dirigés. 

La Commission scolaire travaille en collaboration avec le Centre de prévention du suicide de Lanaudière (CPS) qui offre notamment du soutien aux personnes en détresse et propose d’accompagner les milieux scolaires en offrant de la formation ou des activités de prévention.

Qu’est-ce qu’une Sentinelle ?

Une Sentinelle est une personne engagée socialement, donc susceptible d’entrer en contact avec des gens qui souffrent. C’est à travers son travail (enseignant par exemple) ou ses activités bénévoles (dans un club social, ou autre), ou encore la place qu’elle occupe dans son milieu ou sa communauté, ou pour ses qualités d’aidant naturel, qu’elle prend contact avec la détresse suicidaire. C’est une personne choisie pour ses liens étroits avec les groupes ou les milieux à risque. La personne Sentinelle a reçu une formation de sept heures offerte par des professionnels, à reconnaître les comportements suicidaires et sait comment y réagir. (Source : Centre de prévention du suicide de Lanaudière)

Les signes avant-coureurs

Certaines personnes vont envoyer des messages directs :

  • « Je veux en finir »
  • « Je veux mourir »
  • « je veux me suicider »

 

D’autres utiliseront plutôt des messages indirects :

  • « Le monde serait bien mieux sans moi »
  • « Je suis inutile »
  • « Bientôt, vous allez avoir la paix » 

 

Certains donneront plutôt des indices comportementaux :

  • Isolement, retrait
  • Faire le don d’objets importants ou significatifs
  • Changement au plan de l’hygiène personnelle, de l’habillement, de l’apparence.
  • Consommation abusive d’alcool et/ou de drogues et/ou de médicaments

 

Source : site web de l’Association québécoise de prévention du suicide. www.aqps.info