Information générale


Il est important de ne pas confondre les termes témoins et complices. Certains jeunes vont jouer le rôle de complices et vont s’impliquer activement dans les actes de violence posés par un de leurs camarades. 

Par contre, d’autres enfants vont assister, impuissants, à l’intimidation et peut-être même ressentir des émotions similaires à celles vécues par la victime, entre autres de la peur, mais vont vivre, en plus, de la culpabilité de n’avoir pu intervenir. 

Il existe deux principaux types de complices : 

Le supporteur actif : il n’initie pas le geste d’intimidation, mais il prend une part active dans la situation. 

Le supporteur passif : il encourage ou est en accord avec l’intimidation, mais il ne fait rien.